Organisation révolutionnaire et révolution sociale

Mots-clés

, , , , ,

Tiré du site CNT-AIT CAEN. Il s’agit d’une traduction d’un texte de Vadim de la Confédération des Anarcho-Syndicalistes Révolutionnaires (KRAS – AIT Russie). READ IN ENGLISH HERE

Extrait

L’organisation révolutionnaire que nous voulons construire n’est ni un parti et ni un syndicat. Elle est dans son mode d’organisation une union (ou association) ouvrière, rassemblant les travailleurs qui résistent contre l’exploitation et l’oppression de tous les jours, dans le cadre des revendications immédiates (énumérées précédemment), ces dernières n’étant pas une fin en soi. L’union ouvrière – ou plutôt, « sociétés ouvrières de résistance » – ne sont pas fondées uniquement que sur celles-ci. Elles sont seulement un moyen pour qu’ils prennent conscience de leur subjectivité (une classe en soi et pour soi), lorsqu’ils font preuve de solidarité et d’entraide pendant la lutte, lorsqu’ils en viennent à remettre en cause l’autorité, l’oppression, la propriété, l’inégalité, etc. […] Par conséquent, si nous voulons que les assemblées générales restent un lieu libre et indépendant, pour que les exploités et les opprimés soient maîtres de leur lutte et de leur destinée, tous les partisans de ce choix doivent s’unir résolument afin de le défendre. Pour mener à bien cette ambition, nous avons besoin d’une organisation révolutionnaire qui unit dans ses rangs les opprimés et les exploités qui veulent lutter consciemment pour le triomphe de la liberté, de la solidarité et de l’acratie. Si, dès à présent, peu de personnes rejoignent cette organisation révolutionnaire, nous sommes persuadés que nos idées convaincront tôt ou tard, dans un premier temps, une fraction significative des opprimés et des exploités.

COMMUNISME ANARCHISTE

Nous sommes « communistes » au sens non vulgaire et non caricatural, à l’inverse de ce qui apparaît à tout bout de champ dans les pages de livres d’histoire et des médias (« régime communiste », « Etat communiste », « parti communiste », etc.). Le véritable communisme est d’essence anarchiste : antiétatique (affirmation de la disparition de l’Etat) et anti-autoritaire. Cela signifie la commune libre et l’association des individus. Quand les opprimés et les exploités décident ensemble, dans les assemblées générales, comment ils vivent et ce qu’ils font pour s’entraider. Quand ils utilisent et mettent en commun par la collectivisation et la socialisation tous les biens et les produits de la terre, selon les mots du poète anarchiste du XVIIIème siècle, Sylvain Maréchal : « On utilise la lumière du soleil qui brille pour tous. » Malheureusement, en 1917, le sens de ce terme a été détourné et dénaturé par les bolcheviks, devenant ensuite la risée du reste du monde.

Lire la suite

Téléchargement | Rudolf Rocker – Théorie et pratique de l’anarchosyndicalisme

Mots-clés

, , ,

Le blogue Bibliothèque révolutionnaire a mis en ligne le PDF du livre de Rudolf Rocker « Théorie et pratique de l’anarcho-syndicalisme ». Lien pour télécharger gratuitement ici (à partir du nuage MEGA).

Journal Dissidence | Vers l’anarcho-syndicalisme: quelques pistes

Mots-clés

, ,

Journal Dissidence
approches anarcho-syndicalistes
no1 – été 1982 – Ste-Tite

Merci à Mathieu Houle-Courcelles de m’avoir fourni les images du journal anarcho-syndicaliste québécois  »Dissidence ». Merci à Norman Nawrocki pour les informations au sujet de ce journal. Je prendrai le temps nécessaire au courant des prochaines semaines pour numériser ici tous ses articles. Il semble de plus que d’autres numéros aient vu le jour (selon un camarade de la Workers Solidarity Alliance). Je continuerai donc mes recherches sur ce journal afin que les idées anarcho-syndicalistes (re)fassent surface dans le contexte du Québec.

Lire la suite
Journal Dissidence
approches anarcho-syndicalistes
no1 – été 1982 – Ste-Tite

Merci à Mathieu Houle-Courcelles de m’avoir fourni les images du journal anarcho-syndicaliste québécois  »Dissidence ». Merci à Norman Nawrocki pour les informations au sujet de ce journal. Je prendrai le temps nécessaire au courant des prochaines semaines pour numériser ici tous ses articles. Il semble de plus que d’autres numéros aient vu le jour (selon un camarade de la Workers Solidarity Alliance). Je continuerai donc mes recherches sur ce journal afin que les idées anarcho-syndicalistes (re)fassent surface dans le contexte du Québec.

Lire la suite

More information about IWA’s unpaid wages campaign

Mots-clés

, , , , , , , , , ,

Booklet from Poland IWA affiliate about fights against unpaid wages – clic to download

Here are some complementary informations about the International Week Against Unpaid Wages lunched by the International Workers’ association

https://iwa-ait.org/content/international-week-against-unpaid-wages-12th-18th-october

While we consider direct action to be a very effective tool in getting the owed wages back, we are aware that even if we won all owed wages, the phenomenon won’t cease to exist. The nature of the capitalist system will always play into the hand of bosses and they will try other tricks on workers. Therefore, we don’t call for “fair” wages or treatment. The problem is the wage system itself, because someone usurps the work of someone else and gives only part of its value in return. Furthermore, we don’t think that direct action itself is the goal. It is very important that it is interconnected with collective organizing, decision-making, experience sharing and generally building the culture of mutual aid.

The aim of the unions associated in the IWA is not only short-term material victories. We realize that everyday struggle against unpaid wages is just a direct response to an immediate problem. Even though we consider it a defensive struggle, it is at the same time part of our wider long-term struggle for substantial changes in society.

We want a different world. Without capitalism and its production based on profit and not people’s needs. Without hierarchies on all levels of social life which artificially divide us and are a breeding ground for inequality and oppression. And without the state which is just a reliable saviour of capitalism and holder of the power over the rest of society. To lead happy and dignified lives and develop our abilities and society as well, we don’t need either of them.

IWA-AIT | 12th – 18th Oct. International Week against Unpaid Wages

Mots-clés

,

600x200_0

From the IWA web site

In December 2019, the International Workers’ Association (IWA) at its Congress held in Melbourne, Australia, decided to promote an International Week against Unpaid Wages. The Sections of the IWA agreed to carry out different activities during the 3rd week of October to call attention to the widespread phenomenon of unpaid waged and to show which tools we can use to fight it. Because we, as workers, do jobs to be paid for them, not to voluntarily make employers richer and richer. Lire la suite

Anarchist Syndicalist Theory Online Workshop | October 6th

En anglais dans un premier temps, la présentation en français suivra quelque temps après, donc à suivre!

CEDAS-ASCED

Anarchist Syndicalist Theory Online Workshop
facilitated by Piper Tompkins
October 6th from 7pm to 9pm – NY time (UTC-4)

Confirm your participation and stay informed on the Facebook event

Presentation will be on Piper’s Youtube Channel.
https://www.youtube.com/c/SocialRevolutionsyndicalism

**** Precise URL link to come soon****

Une présentation en ligne en Français aura lieu quelque temps après le 6 octobre!

Piper will present a sweeping overview of the movement as a way to highlight questions for discussion and debate. She will help the group trace roots of anarcho-syndicalism in the libertarian wing of the First International — from the Federative ideas of Proudhon and Bakunin to the foundation in 1922 of the International Workers Association, the oldest continuous anarchist international to this day. She will guide the discussion up through the Spanish revolution of 1936 to 1939 and its aftermath.

Discussion
The discussion group will participate in theory questions ranging from the…

Voir l’article original 102 autres mots

Brochure|L’histoire des grèves des loyers

Mots-clés

, , , ,

Tiré du blogue de la CNT-AIT Paris

La CNT-AIT vient d’éditer une brochure sur l’histoire des grèves des loyers, depuis la Commune de paris (la grève des loyers la plus réprimée de l’histoire), jusqu’à la Grève actuellement en cours en lien avec le  Covid 19, en passant par les grèves de loyers insurrectionnelles d’Argentine, du Mexique ou d’Espagne d’avant guerre. Elle contient d’ailleurs des textes inédits en français sur ces trois derniers mouvements.

Elle peut être téléchargée en ligne ici :  BRO_GREVE_LOYERS

La version papier peut être commandée en envoyant un mail à contact@cnt-ait.info. La brochure faire 184 pages, le prix y compris les frais d’envois est de 8 euros. Vu le confinement prévoir malgré tout un délai pour l’acheminement …

Ci dessous l’intro et le sommaire. Bonne lecture !

INTRODUCTION : « LA PROPRIÉTÉ C’EST LE VOL »

Cette phrase prophétique de Proudhon – le Père de l’Anarchie si on en croit les historiens – fut écrite en 1840, en plein essor de la Révolution Industrielle qui réclamait sans cesse toujours plus d’ouvriers pour faire tourner à plein l’économie de production en plein essor.

Les paysans quittent les campagnes et viennent s’entasser en ville, pour rejoindre le cortège des ouvriers qui se feront avaler par l’usine-Moloch, comme l’a immortalisé Fritz Lang dans son film prophétique Metropolis.

Débat sur l’industrie du sexe dans la CNT-AIT espagnole (Traduction)

Mots-clés

, , ,

Voici dans un premier temps un  »Manifeste abolitionniste » (juillet 2019). Il est suivi d’une  »Déclaration contre l’abolition du travail sexuel » (janvier 2020).

Manifeste abolitionniste

« … nous nous battrons pour maintenir la ligne abolitionniste dans les organisations anarchistes et les groupes d’affinité dans lesquels nous sommes intégré.e.s, et que nous n’accepterons pas l’entrée et l’organisation des intérêts du commerce du sexe dans la Confédération nationale du travail CNT-AIT sans au moins un débat ou une discussion préalable. »

Sacralisée dans les sociétés primitives, ou transformée en commerce dans les économies monétaires, la prostitution a été une constante dans l’histoire de l’humanité. Traditionnellement, elle a été considérée comme une fonction nécessaire dans les sociétés structurées de manière rigide en strates sociales. Historiquement, ceux qui ont eu recours au sexe pour des raisons économiques n’ont pas appartenu aux couches supérieures, qui n’en ont pas besoin ; ceux qui sont au bas de l’échelle offrent et ceux qui sont au sommet achètent. Comme ce sont aussi surtout des filles et des femmes qui se sont consacrées à cette activité, en raison de la demande majoritaire des hommes, il s’agit d’un phénomène étroitement lié au patriarcat. Il s’agit donc d’une activité qui appartient à une formation sociale verticale, et non à une société égalitaire, et nous ne pensons pas qu’elle puisse cesser de l’être, quelle que soit la richesse des personnes qui la pratiquent ou le nombre d’hommes et de femmes qui la pratiquent : celui qui achète, continue à avoir un privilège sur celui qui est acheté, qui est dégradé par ce fait même.

Lire la suite