AIT

Grigorï Petrovitch Maximov (1893-1950)

Grigorï Petrovitch Maximov

CC by-nc-sa

Par Heiner Michael Becker

Diffusé sur Partage noir. Merci à eux-elles pour cet article!

En français, voir ces textes de Maximov:

— Les syndicalistes révolutionnaires dans la révolution russe

— L’anarchisme constructif, Le débat sur la Plateforme (1927)

***

Maximov, une des grandes figures de l’anarchisme et surtout de l’anarcho-syndicalisme russe, fut le collaborateur le plus productif du jour­nal Golos Trouda (la Voix du travail) dans les années 1917 et 1918. Il fut expulsé de Russie avec Voline et l’accompagna dans l’exil, d’abord à Berlin, puis pendant quelque temps à Paris.

Né le 10 novembre 1893 dans le vil­lage de Mitsoutchino près de Smo­lensk, Grigorï Petrovitch Maximov fut envoyé par ses parents, encore enfant, au séminaire orthodoxe de Vladimir. Quelques années après, il rompt avec la religion et commence des études d’agronomie à Saint-Pétersbourg. Ayant trouvé deux livres de Bakou­nine dans une bibliothèque de pro­vince, il en fut profondément influencé et se déclara anarchiste dès l’âge de 17 ou 18 ans. A partir de 1912, il essaya de propager ses idées. En 1915, il fut diplômé comme agronome et, tout de suite après, dut rejoindre l’armée russe. Opposé à la guerre, il en profita pour y faire de la propa­gande révolutionnaire.

Golos Trouda.

Il retourne en 1917 à Saint-Péters­bourg, où il participe activement aux grèves de février qui amenèrent la chute du tsar. En août, il devient membre de la rédaction de Golos Trouda, qui reparaît ce même mois. Le journal était l’organe de l’Union pour la propagande anarcho-syndicaliste, l’organisation que les syndicalistes avaient établie en opposition à la Fédé­ration anarchiste communiste de Petrograd. Maximov se distingua bien­tôt comme le critique le plus sévère des anarchistes communistes qu’il appe­lait des visionnaires romantiques, ignorant les forces complexes qui agis­sent dans le monde moderne et rêvant d’une utopie pastorale. En août 1918, après la suppression de Golos Trouda, il fut —avec Nikolaï Dolenko, un des « leaders » du Nabat (Tocsin), et Efim Iartchouk— rédacteur du nouveau journal Volny Golos Trouda (la Voix libre du travail). Le deuxième congrès des anarcho-syndicalistes russes, qui se tint à Moscou en novembre 1918, le nomma secrétaire du bureau chargé d’organiser la Confédération anarcho­syndicaliste de Russie.

M. Mratchny.

Il rencontra plusieurs délégués anarchistes et anarcho-syndicalistes (entre autres Augustin Souchy, Ar­mando Borghi, Ángel Pestaña, Lepe­tit) venus à Moscou pour participer au deuxième congrès de l’internatio­nal communiste juillet-août 1920). Au cours de plusieurs réunions, il essaya de les informer de la persécu­tion en Russie des anarchistes, des sociaux-révolutionnaires et des dissi­dents communistes. Après leur départ, la répression envers les anarchistes s’intensifia et Maximov rencontra Alfred Rosmer —en tant que repré­sentant de l’Internationale commu­niste— à plusieurs reprises pour lui transmettre des lettres de protesta­tion, cela sans résultat [1]. Après l’arrestation de la majorité des membres du Nabat à Kharkov (dont Iartchouk, A. Baron, M. Mratchny et Voline), Maximov fut également incar­céré le 8 mars 1921 (avec Iartchouk qui avait été relâché entre-temps) et put rejoindre ses camarades à la pri­son Taganka.

Ils furent libérés au cours de l’automne 1921, après le congrès de l’Internationale syndicale rouge (Pro­fintern) et une grève de la faim à laquelle participèrent, outre Maximov, Voline, Iartchouk, Mratchny… Ils furent finalement expulsés de Russie et se rendirent à Berlin [2] où Maxi­mov participa à la fondation de l’AIT et du Comité élargi pour la défense des révolutionnaires emprisonnés en Russie (Joint Committee for the Defense of Revolutionists imprisoned in Russia, 1923-1926, continué plus tard à Paris). Il y créa aussi (avec Iart­chouk et Alexandre Schapiro) la revue anarcho-syndicaliste Rabochii Pout’, imprimée comme celle de Voline et d’Archinov (Anarkhitcheskii Vestnik) sur les presses du journal des anar­cho-syndicalistes allemands, Der Syn­dikalist.

Il part pour Paris en 1924 et, un an plus tard, émigre aux États-Unis où il s’installe à Chicago. Travaillant comme tapissier dans la journée, il rédige un journal syndicaliste (IWW) le soir, Golos Troujenika (la Voix du travailleur). Après le départ d’Archi­nov pour l’Union soviétique, il fut élu rédacteur de Dielo Trouda, dont le siège est transféré de Paris à Chicago. Le journal fusionna en 1940 avec Pro­boujde nie, une revue anarchiste publiée auparavant à Detroit, mais Maximov en resta le rédacteur prin­cipal. Il essaya sans cesse pendant les années 30 et 40 de réconcilier les anarcho-syndicalistes et les autres anarchistes russes, depuis longtemps préoccupés par des querelles internes qu’il pensait être essentiellement des conséquences de problèmes person­nels sans justification idéologique réelle. En 1940, il publie un grand livre sur les persécutions et la terreur en Union soviétique, The Guillotine at Work (La Guillotine au travail). Il mourra subitement d’une crise cardiaque le 16 mars 1950 à Chicago et l’on publia après sa mort, en 1952, un recueil de ses écrits sous le titre Constructive Anarchism, représenta­tif de sa pensée. C’est seulement en 1953 que fut finalement édité un choix d’écrits de Bakounine, classés par thèmes, qu’il avait préparé depuis les années 20.

Sources :
Rapport de Maximov, in Letters from Russian Pri­sons, op. cit.
Rudolf Rocker, « Grigori Petrovitch Maximoff » , in Die freie Gesellschaft (Darmstadt-Land), 1re a., n°8, juin 1950, pp. 7-11 (pp. 235-239) ; réimpr. dans Rudolf Rocker, Aufsatzsammlung (collection d’articles), tome 2 : 1949-1953, Frankfurt/Main, Ver­lag Freie Gesellschaft (1980), pp. 28-32 ; également en russe dans Dielo Trouda-Proboujdenie, n°33, juillet-août 1950, pp. 1-6.
George Woodcock, introduction à Maximov, Constructive Anarchism, Chicago, 1952.
Paul Avrich, The Russian Anarchists, W. W. Norton, New York, 1978 (d’abord Princeton, Princeton Uni­versity Press, 1967 ; traduction française : Les Anar­chistes russes, Paris, Maspero).
Anthony D’Agostino, Marxism and the Russian Anar­chists (San Francisco, Cal.), Germinal Press, 1977 (pp. 156-194, chap. 5 : « G.P. Maksimov and the Problem of the Forms of Freedom »).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.